Revue de Presse

La soirée-concert de samedi a surpris le public nombreux par la qualité créative des deux groupes invités, Les Garde-fous et Capo2. Le premier notamment, qui est composé de neuf musiciens et rassemble soignants et soignés du pôle psychiatrie du centre hospitalier Ferdinand-Grall à Landerneau. Né au sein du club de la Pierre de Lune, ce groupe atypique et dynamique a su séduire et étonner le public par ses textes, sa puissance et le dynamisme de Martine, la chanteuse. Ils ont récemment sorti un double CD de 26 titres.


À Landerneau, l’association Treizerien maintient sa foire aux puces ce dimanche

Le télégramme, le 04 novembre 2023 à 15h06

À Landerneau, la foire aux puces de l’association Treizerien aura bien lieu ce dimanche 4 novembre à la halle Saint-Ernel.

La foire aux puces de l’association Treizerien a lieu ce dimanche de 9 h à 18 h à la halle Saint-Ernel. (Photo d’illustration Le Télégramme). Après le passage de la tempête, le doute planait sur la tenue des manifestations du week-end. Certaines ont été annulées. Pas toutes. Ainsi, à Landerneau, l’association Treizerien, association qui regroupe les clubs d’ateliers thérapeutiques du secteur 13 de psychiatrie, maintient bien sa foire aux puces annuelle. Celle-ci aura lieu ce dimanche 5 novembre, de 9 h à 18 h, à la halle Saint-Ernel. Rappelons ici – la précision a son importance – que le lieu est chauffé. Les visiteurs pourront chiner auprès de 80 exposants et trouveront sur place restauration et buvette. Entrée : 1,50 €, gratuit pour les moins de 12 ans.




Treizerien consolide son projet de maison communautaire à Pencran

Le Télégramme Le 08/11/21

Florence Lindivat (présidente), Gwen Omnès (trésorier) et Sandrine Roué (vice-trésorière) ont présenté le projet de Maison communautaire de Treizerien dans une tente originale posée au milieu de Saint-Ernel. Les visiteurs pouvaient participer à un concours en estimant le nombre de carreaux de faïence sur la table basse. Il y en avait 8 547. (Le Télégramme/Yann Le Gall)

Le troc et puces de ce dimanche, à Saint-Ernel, à Landerneau, a soigné le financement. Le projet de Maison thérapeutique communautaire de Treizerien, asso landernéenne d’aide à la santé mentale, se précise à Pencran.

Annulé pour cause de crise sanitaire en 2020, le troc et puces annuel de Treizerien a renoué avec les bonnes habitudes, dimanche, halle Saint-Ernel. L’événement a rencontré la grosse affluence, avec 1 480 entrées payantes. De quoi soutenir le fonctionnement des activités thérapeutiques dans les trois clubs de l’association d’aide à la santé mentale, adossée au secteur psychiatrique 13 : Pierre de Lune (Landerneau), Club des Vallons (Pont-de-Buis) et Steredenn ar Mor (Crozon).

« Les activités n’ont pas cessé pendant les confinements. Elles se sont même intensifiées pour continuer d’accueillir les patients, concernés par l’isolement », signale Gwen Omnès, infirmier psychiatrique et trésorier de Treizerien. « Nous avons trouvé des solutions pour soigner autrement. En effectuant plus de visites à domicile ou des consultations en distanciel », poursuit sa collègue Florence Lindivant, présidente.

Six chambres à Pencran

La problématique de la crise du logement reste également au premier rang des préoccupations : « C’est de plus en plus compliqué (pour les patients, aussi) de trouver du logement locatif individuel. Onze mois d’attente pour un appartement conventionné ! »

Un facteur de précarisation supplémentaire qui renforce la pertinence et l’éclosion du vieux projet de maison thérapeutique communautaire poursuivi par Treizerien : « Nous avons saisi l’opportunité d’une maison de cinq chambres avec un studio mitoyen à Pencran. Le compromis de vente a été signé en septembre », expose Florence Lindivant. « L’idée, c’est d’accueillir six personnes hospitalisées sur du long cours dans un logement proche de l’hôpital », poursuit Gwen Omnès.

20 000 € à l’amorce

En lien avec des soignants professionnels, activités thérapeutiques, participations à l’organisation du quotidien, prise de responsabilité et entraide se conjugueront pour se fondre dans le but de l’association : faciliter les soins, les actions de prévention et de réhabilitation psychosociale.

Un règlement encadrera le fonctionnement. Mais avant de l’afficher dans la Maison communautaire, même après le succès du troc et puces, il reste encore à réunir quelque fonds. L’association doit verser un apport de 20 000 € pour débloquer le prêt bancaire. D’un montant de 362 000 €, l’investissement pourrait recevoir le concours de dons et de subventions publiques. Treizerien formuera des demandes. « Si nous réunissons le financement, nous espérons inaugurer cette maison en juin 2022 ».


Landerneau. Le Jardin d’Arembord a ses gallinacées

Ouest-France le 22/06/2021

Jean-Luc Le Saux, Mme Lindivat Le Mestre, Dr Bergot et « Duchesse », la nouvelle pensionnaire du poulailler. Samedi 5 juin, l’association Treizerien (Association d’aide à la santé mentale) a organisé sa fête annuelle du jardin d’Arembord, à Landerneau. Deux cents personnes y ont participé.

L’association Treizerien (Association d’aide à la santé mentale) a organisé sa fête annuelle du Jardin d’Arembord. Tout au long de l’année, l’atelier jardin, atelier thérapeutique du club de la Pierre de Lune, accueille des personnes sur prescription médicale deux fois par semaine. Mené par des soignants du secteur de psychiatrie, le programme de ces journées est varié : entretien du jardin, semis, bouturages et production de légumes bio en tous genres.

Les poules bienheureuses au KFC

Les usagers de l’association, les familles des soignés et des partenaires, ont pu découvrir le travail réalisé au Jardin d’Arembord, ainsi que les ateliers thérapeutiques des différents clubs de l’association Treizerien (club de la Pierre de Lune à Landerneau, club des vallons à Pont-de-Buis, club Steredenn Ar Mor à Crozon). L’atelier théâtre a présenté un spectacle humoristique, fruit d’une année de travail.

L’autre temps fort de la journée fut l’inauguration du poulailler baptisé Kipfer farm club (KFC). Ce projet écoresponsable aura mis plusieurs années à aboutir grâce à l’investissement des soignés et des soignants et au soutien de la direction du centre hospitalier de Landerneau.

À cette occasion, Jean-Luc Le Saux, maire de Daoulas, très investi dans la mise en œuvre du conseil local de la santé mentale ; Mme Colcanap-Le Roy, directrice des soins qualité, gestion des risques du centre hospitalier de Landerneau, se sont joints à Mme LIindivat Le Mestre, présidente de l’association Treizerien, et au Dr Bergot, chef de pôle de psychiatrie et présidente de la CME, pour couper le ruban. À présent, d’autres projets sont à l’étude, notamment la restauration du boulodrome à la maison de retraite et la réalisation d’un parcours santé sur le site de l’hôpital à Lavallot.